METABOLISME DE L’ALCOOL

 

ABSORPTION : L’alcool bu - c’est la voie pratiquement unique de pénétration dans l ’organisme - n ’est pas modifié dans le tube digestif par les sucs, encore appelés diatases ou enzymes, sécrétés par les glandes digestives ; il passe donc directement dans le sang et se comporte dans le tube digestif plus comme un poison que comme un aliment puisqu’il n ’est pas soumis aux phénomènes de la digestion.

Au niveau de l ’estomac et de l ’intestin grêle qui lui fait immédiatement suite, s ’opère le passage à travers la paroi intestinale. Collecté dans le sang, l ’alcool est conduit au foie par tout un réseau aboutissant à la veine porte. Ce transit est généralement rapide : quinze à trente minutes à jeun, une heure si l ’estomac est rempli. On peut cependant trouver des traces d ’alcool dans l ’estomac quatre ou cinq heures après un repas copieux et riche en graisse.

DIFFUSION : Ensuite s’opère la diffusion de l’alcool dans tout l ’organisme. Sa présence dans le sang que l ’on appelle alcoolémie, n ’est que le témoignage de cette propagation générale dans tout le corps, y compris le lait de la mère qui nourrit son enfant. Il se trouve cependant en moindre proportion dans certains organes : os, cartilages, tissu adipeux, par exemple.

Cet espace de diffusion ou espace solvant est évalué à 70% du poids corporel chez l ’homme et à 60% chez la femme dont le tissu graisseux est constitutionnellement plus important. L’alcool se répand surtout au niveau du foie, du cœur, de la rate, du rein et du cerveau, ainsi que du muscle, tous les organes fortement vascularisés.

L’ALCOOLEMIE TRADUIT L’IMPREGNATION ALCOOLIQUE DU SUJET.